Les astuces pour booster sa mémoire pour les révisions
Credit Photo iLexx via Envato Credit Photo iLexx via Envato

Les astuces pour booster sa mémoire pour les révisions

Lorsqu'il s'agit de réviser un examen, le cerveau passe par un processus complexe d'encodage, de stockage et de récupération des informations. Cependant, que se passerait-il si nous pouvions pirater notre propre mémoire, à l'instar d'un système informatique, pour la rendre plus efficace et plus performante ? C'est là qu'intervient le domaine des neurosciences, qui nous fournit des indications précieuses sur la façon dont nous pouvons maximiser nos capacités cognitives. Explications.

Le cerveau ne retient pas tout

En lisant cet article, vous ne vous en rendez peut-être pas compte, mais les mots passent de vos yeux à votre cerveau. Les cellules bougent et vos neurones se connectent les uns aux autres. C'est impressionnant, n'est-ce pas ? Le processus par lequel notre cerveau stocke les informations est fascinant. Selon Melissa Bonnet, neuroscientifique et auteur du livre "When the Brain Learns" publié par ESF Human Sciences, notre cerveau forme des réseaux pour stocker les informations, mais ces réseaux ne sont pas stables.

Cependant, notre cerveau oublie vite, surtout lorsqu'il s'agit de leçons et de cours. Dans la vie, les bons et les mauvais souvenirs restent avec nous. Selon la courbe d'Ebbinghaus, lorsque nous apprenons quelque chose, nous avons déjà oublié la moitié de l'information au bout de 25 minutes.

Quelles sont les bonnes techniques de mémorisation ?

Selon Melissa Bonnet, les statistiques montrent qu'une information doit entrer dans notre esprit environ 5 fois pour que nous nous en souvenions. Cependant, il n'est pas nécessaire de la répéter cinq fois de suite. Il est important de laisser les informations reposer dans notre esprit.

Pour apprendre efficacement une leçon, il est recommandé de revoir la matière le jour même où elle a été enseignée, d'y revenir le lendemain, d'y revenir encore après une semaine, puis d'en faire un dernier examen après un mois. Il est donc important de ne pas attendre la dernière minute pour étudier en vue d'un examen important.

Un autre bon conseil pour améliorer votre capacité à retenir les informations de vos cours est de vous livrer à un jeu de questions-réponses, seul ou en groupe, pendant vos séances de révision. En plus de cela, vous pouvez utiliser des flashcards pour vous aider à mémoriser les concepts et les informations clés.

Une autre astuce pour booster votre mémoire consiste à donner du sens à ce que vous apprenez. Notre cerveau est câblé pour se souvenir des choses qui ont un sens. Lorsque nous pouvons relier de nouvelles informations à quelque chose que nous connaissons déjà, il est plus facile de s'en souvenir.

Il est important de garder à l'esprit que les nouveaux souvenirs sont plus fragiles que les anciens. Ainsi, lorsque vous planifiez votre calendrier de révision, il est essentiel de prévoir des pauses entre les sujets. Cela nous aidera non seulement à mieux retenir les informations, mais aussi à recharger votre capacité d'attention.

Le sommeil est le meilleur allié de votre mémoire

Lorsqu'il s'agit de réussite scolaire, l'un des facteurs les plus importants est la santé du cerveau. Un cerveau fatigué aura du mal à produire l'effort d'attention nécessaire pour apprendre et retenir les informations. C'est pourquoi il est crucial pour les étudiants de donner la priorité à un sommeil suffisant.

Selon la neuroscientifique Melissa Bonnet, pour fonctionner de façon optimale, les collégiens devraient viser 10 heures de sommeil par nuit, tandis que les lycéens devraient viser environ 8,5 heures. Bonnet insiste sur le fait que le sommeil n'est pas une perte de temps, car le cerveau consolide tous les souvenirs de la journée pendant cette période.

En plus de dormir suffisamment, le maintien d'un mode de vie sain et la pratique d'une activité physique régulière peuvent également être bénéfiques aux élèves pendant leur période de révision. Il est également crucial d'éviter l'alcool et les drogues, qui peuvent causer de graves dommages aux régions du cerveau encore en développement. Comme le rappelle Bonnet, si de nombreux organes du corps humain peuvent être remplacés grâce aux progrès de la médecine, le cerveau n'en fait pas partie.